Le confinement exacerbe les violences physiques et psychologiques que peuvent rencontrer les un·e·s et les autres et notamment les parents, les femmes et les personnes en situation de précarité. Université de Paris vous rappelle les numéros ou sites utiles.

 

 

 

 

Hausse des violences conjugales et intrafamiliales 

Ne restez pas confiné·e en cas de violences au sein de votre logement.

« Mesdames, vous avez le droit de sortir pour porter plainte en commissariat et en gendarmerie même pendant le confinement. » Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations – 1er avril 2020

Face à la hausse des signalements pour violences conjugales observés depuis le début du confinement (+30% selon les sources du gouvernement), Université de Paris vous rappelle les numéros d’urgence ainsi que les numéros de conseils et d’accompagnement à contacter.

En cas d’urgence (signalement pouvant être effectué par les personnes victimes, les proches ou les témoins)
  • le 17 : numéro d’urgence qui vous permet de joindre la police et la gendarmerie
  • le 114 : vous pouvez envoyer un SMS au 114 pour alerter en silence les forces de l’ordre, sans avoir besoin de parler à voix haute à proximité de l’agresseur.
  • le site https://arretonslesviolences.gouv.fr : plateforme mise en place par le gouvernement. Elle reste active vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept (24/7) et permet de dialoguer avec des forces de l’ordre formées aux violences sexistes et sexuelles de manière anonyme et sécurisée.
  • les pharmacies : vous pouvez signaler les violences dont vous êtes victime à votre pharmacien·ne qui se chargera de prévenir les forces de l’ordre. Dans le cas où votre conjoint violent insiste pour vous accompagner, vous pouvez dire « MASQUE 19 » au pharmacien ou à la pharmacienne qui vous sert. Ce système d’alerte pour les femmes victimes de violences de la part de leur conjoint est mis en place depuis le 27 mars dans les pharmacies.
  • le 119 (vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept) : pour les enfants en danger.
Pour vous aider, vous conseiller et vous accompagner
  • le 3919 (du lundi au samedi, de 9h à 19h) : le numéro national de référence d’écoute téléphonique et d’orientation à destination des femmes victimes de violences (toutes les violences : violences conjugales, violences sexuelles, mariages forcés, mutilations sexuelles féminines, violences au travail), de leur entourage et des professionnel·le·s concerné·e·s. Anonyme, accessible, gratuit depuis un poste fixe ou mobile.
  • le 01 39 10 85 35 : numéro de Women Safe, association spécialisée dans l’accompagnement psychologique, juridique et médical des victimes de violences sexistes et sexuelles. Accompagnement gratuit, anonyme et ouvert à tous et toutes.
  • le planning familial (Ile de France) : Les plannings du 2e, 10e et 13e arrondissement de Paris sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Néanmoins, une permanence téléphonique est assurée le mardi et le jeudi, de 10h à 17h au 01.42.60.93.20.

La prise de rendez-vous pour une IVG médicamenteuse est possible uniquement pour les mineures, les non assurées sociales et en anonymat durant les horaires de la permanence téléphonique. Vous pouvez également vous rapprocher du N° vert : 0 800 08 11 11

  • le 08 019 019 11 (ligne ouverte du lundi au dimanche, de 9h à 19h) : mise en place d’un numéro d’écoute pour les auteurs de violences, en lien avec la Fédération nationale d’accompagnement des auteurs de violences (Fnacav) pour prévenir les violences et les éviter.
  • le tchat du Ministère de l’Intérieur (24h/24h, 7j/7) : anonyme et gratuit, il permet d’avoir des premiers conseils sur ses droits et démarches, et d’être orientée vers un rendez-vous pour déposer plainte pour des violences sexistes et sexuelles https://www.service-public.fr/cmi
En cas de besoin d’un hébergement temporaire sur Paris

Des intervenant·e·s sociaux·ales· de la ville de Paris assurent des permanences téléphoniques afin de permettre aux victimes, si leur situation le justifie, de bénéficier en urgence d’un hébergement temporaire proposé par la Ville de Paris en complément de l’éviction du conjoint violent, éventuellement ordonnée par l’autorité judiciaire. Tout·e·s les professionnel·le·s parisien·nee·s, quel que soit leur arrondissement, peuvent joindre l’un·e· des intervenant·e·s sociaux·ales en commissariat (ISC) actuellement en télétravail :

  • Cédric BIENFAIT (commissariat du 15e) 07 77 81 00 99 – cedric.bienfait@paris.fr
  • Nadia OUMOUSSA (commissariat du 19e) 07 77 81 01 08 – nadia.oumoussa@paris.fr
  • Damien LECUYER (commissariat du 20e) 06 40 70 91 41 – damien.lecuyer@paris.fr
  • Claire THEVENOUX (commissariat du 14e) 07 50 65 47 13 – claire.thevenoux@paris.fr

Vous pouvez également joindre les psychologues en commissariat :

  • Corinne BOULAY (11e) 06 33 49 37 39
  • Axelle GARNIER de SAINT SAUVEUR (13e) 06 45 37 02 33
  • Charlotte BROUSSOUX (18e) 06 14 46 26 23
  • Audrey DOLBEAU (20e) 06 07 15 04 06

 

Violences sexistes et sexuelles, harcèlements et discriminations au sein d’Université de Paris

Les violences sexistes et sexuelles, les harcèlements et les discriminations ont également lieu au sein des universités. Si vous êtes victime ou témoin de telles violences ou de cyberharcèlement, en temps normal comme en cette période de confinement, vous pouvez contacter les membres du service Égalité-Diversité ainsi que la chargée de mission à l’Égalité à la Diversité et au Handicap. Elles pourront vous aiguiller vers les structures à contacter ou sur les éventuelles démarches à effectuer.

Contacts
Que faire si une victime de violences conjugales se confie à vous ?

L’écouter, la croire, la soutenir…
Ci dessous, les conseils et les exemples concrets de l’association lyonnaise Filactions, spécialiste des violences sexistes et notamment des violences  conjugales.

https://www.youtube.com/watch?v=MV-Bn_cqMxI&feature=emb_title

Concernant l’aide aux étudiant.e.s précaires
  • Difficultés financières :

Nous vous invitons à contacter les assistant·e·s sociaux·ales du CROUS de Paris par mail.

Parallèlement, afin de soutenir ses étudiant·e·s face à l’épidémie Covid-19 et ses conséquences dans leur vie quotidienne, Université de Paris met en place un dispositif exceptionnel d’aides sociales pour celles et ceux dont la situation financière est fragile. > En savoir plus

  • Isolement / solitude :

Notre partenaire Nightline vous propose d’échanger avec des étudiant.e.s par tchat les lundi, jeudi, vendredi, samedi, et dimanche, de 21h à 2h30 du matin.

> Rendez-vous sur Nightline Paris

 

Confinement et répartition des tâches domestiques et parentales 
Quelques outils pour vous aider
  • Le guide des parents confinés : le secrétariat à l’égalité entre les femmes et les hommes a mis en ligne ce guide pour soutenir et accompagner les parents confiné·e·s dans leur conciliation vie professionnelle / vie familiale au quotidien grâce aux conseils bénévoles des professionnel·le·s, expert·e·s et parents cité·e·s. Les conseils n’engagent que leurs auteur·rice·s. Ce livret ne remplace aucune consultation et n’a pas de vocation médicale.
  • BD d’Emma pour comprendre la charge mentale et les réactions qu’elle entraîne
  • Une application gratuite pour évaluer le temps réellement passé aux différentes tâches… et quelques chiffres sur l’évolution de la répartition des activités domestiques et parentales dans le couple hétérosexuel.
  • Des BD pour expliquer et prévenir les violences sexistes et sexuelles : #DANSTAFAC
  • Un quiz ludique sur l’égalité entre les femmes et les hommes pour apprendre et tester ses connaissances : Masters Quiz (appli disponible sur smartphone et ordinateur)

 

 

Violences et confinement